Politique d'utilisation des Cookies
Nous utilisons des cookies propriétaires et tiers pour vous offrir un meilleur service et une navigation plus agréable. Si vous continuez à naviguer sur notre site, nous comprenons que vous acceptez notre Politique d'utilisation des Cookies
BLOG DE MONTAGNE | INFOS | 13 Août 2014

Glace australe : Cecilia Buil et Anna Torretta ouvrent au Chili la voie « La Gioconda », 160m, WI6, à plus de 4 000m d'altitude

En pleine saison d'été en Europe, Cecilia et Anna réalisent de bonnes escalades pendant l'hiver de l'hémisphère sud.

Cecilia Buil et Anna Torretta dans La Gioconda

La grimpeuse espagnole Cecilia Buil grimpe à nouveau avec l'italienne Anna Torretta, cette fois-ci au Chili, où elles ont ouvert une voie très intéressante.

« La première semaine du mois de juillet, Anna et moi sommes arrivées à Santiago en provenance de nos pays d'origine, avec l'intention de grimper sur glace dans la vallée du Marmolejo.

Deux années auparavant, j'avais déjà visité la zone avec Jose Romay « Josito » et exploré les possibilités de nouvelles ouvertures de cascades de glace dans la partie la plus basse de la vallée. Notre intention était de grimper mil mètres au-dessus, où se trouve Senda Real, mais nous avons tout de suite découvert qu'il faisait très froid et il y avait beaucoup trop de vent pour grimper plus haut.

Il y a deux ans, après une semaine de portages et plusieurs jours de mauvais temps, nous avons réussi à grimper une nouvelle voie de WI5+ et essayé les premières longueurs de Senda Real, une voie difficile qui finit aux alentours des 5 000m d'altitude. Un fort blizzard nous a obligés à nous arrêter, mais nous avons retenu le potentiel de cette vallée pour l'escalade en cascade de glace. Là-bas, toute possible voie est verticale, du moins une longueur. Je devais revenir à tout prix.

Cecilia Buil au premier plan et Anna Torretta, derrière

Le lendemain de l'arrivée d'Anna et suite à notre conversation avec le photographe et cameraman Claudio Vicuña, nous sommes partis en montagne. Presque trois heures de voiture séparent la Vallée du Marmolejo de Santiago. Depuis le parking, nous avons mis 6 heures de plus sans porter beaucoup de poids. Il y a 15 km de montée et 1200 mètres de dénivelé pour atteindre le camp de base, situé à deux heures des cascades de glace qu'on avait comme objectif. Une motoneige nous a aidés à transporter une bonne partie de la charge.

Quand tout a été installé et avec suffisamment de nourriture pour une semaine, nous sommes partis vers le nouveau secteur et avons grimpé une longueur déjà ouverte par Josito et moi-même, ainsi qu'une nouvelle longueur que nous avons nommé « Le Bombardier ». Au-dessus de la cascade se trouve une paroi de mauvais rocher d'environ 200 m, qui crache des pierres sans arrêt, lorsque le soleil frappe ou il y a beaucoup trop de vent.

Comme explique Anna : « Les vallées au Chili sont très sauvages, avec peu de routes, peu de refuges et de longues marches d'approximations. Par comparaison, ce serait comme partir à pied de Montenvers, installer le Camp de Base dans le refuge des Cosmiques, se rapprocher du sommet du Mont Blanc de Tacul et commencer depuis là-bas l'escalade d'une cascade cotée 6 ». À tout cela il faudrait ajouter qu'il n'y a ni les téléphériques, ni les communications ni les possibilités de sauvetage et de secours qu'offre Chamonix.

Anna dans la 4e longueur de La Gioconda

La première tentative avec Anna - pour moi la troisième - a donné l'ouverture d'une nouvelle longueur de WI6-. Nous sommes retournées le lendemain pour essayer de compléter la cascade, mais le vent et la chute de pierres et de glace correspondante, nous a obligées à redescendre. Nous avons dû descendre à Santiago à cause du mauvais temps prévu. Nous avons skié jusqu'au parking et après quatre jours de repos obligé, nous sommes remontées, cette fois-ci toutes seules.

Nous avons mis un peu plus de 5 heures pour remonter. Nous sommes arrivées à temps pour nettoyer et enlever la neige du camp de base et préparer les affaires pour le lendemain. Quand nous nous sommes réveillées, alors qu'il faisait encore nuit, le thermomètre marquait à l'intérieur de la tente -10ºC. À cause de la neige tombée pendant les jours d'avant, nous avons mis deux heures pour arriver au pied de la voie. Après quelques heures de lutte, nous avons enfin réussi à compléter « La Gioconda » (WI6, 160m, à plus de 4 000 mètres d'altitude) au troisième essai. La glace des nouvelles longueurs verticales, cotée 6, était poreuse, travaillée par le soleil et beaucoup plus molle que dans la première partie, avec des protections douteuses. Nous avons dû grimper le plus vite possible, car la température montait rapidement et en peu de temps la glace était devenue blanche et les goujons commençaient à avoir de l'ampleur autour. Quand nous sommes arrivées à nouveau au pied de la voie, plein de choses étaient éjectées de la paroi et on était à 20 degrés !!!

Le lendemain nous avons essayé un long couloir qui terminait dans la partie haute de la vallée, coupé par plusieurs cascades verticales, mais l'accumulation de neige dans une zone inclinée à moitié de la possible voie et le risque d'avalanches nous a obligées à nous retirer à peu de mètres du début de la voie.

Une autre bourrasque nous a empêché de grimper les jours suivants et c'est ainsi, avec du vent et de la neige, que nous avons dit au revoir à la vallée du Marmolejo. »


La Gioconda, Vallée du Marmolejo, Chili.

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.

L'Avis des Clients
Inscrivez-vous à la Barrabes Newsletter
Recevez en avant-première les nouveautés de barrabes.fr
Suivez-nous
Tenez-vous avec des nouvelles sur Barrabes.fr des réseaux sociaux.
N'hésitez pas à nous contacter
contactez-nous
ou appelez le
01 70 61 58 50
(Horaire: du lundi au jeudi de 8h30 à 14h00 et de 15h00 à 18h00 et vendredi de 8h30 à 14h30)
France  |  España  |  Deutschland  |  United Kingdom  |  Sverige  |  International