Politique d'utilisation des Cookies
Nous utilisons des cookies propriétaires et tiers pour vous offrir un meilleur service et une navigation plus agréable. Si vous continuez à naviguer sur notre site, nous comprenons que vous acceptez notre Politique d'utilisation des Cookies
BLOG DE MONTAGNE | INFOS | 14 Janvier 2014

Vidéo : Simone Moro et son équipe se trouvent déjà dans le Nanga Parbat, pour tenter la première escalade hivernale. 1re chronique envoyée

« Tout a été très rapide. Nous sommes partis de l'aéroport de Milan Malpensa l'après-midi du 27 Décembre et 3 jours plus tard nous étions déjà dans le camp de base du Nanga Parbat.»
Photos : The North Face/D. Göttler
Texte: The North Face/EmilioPrevitali.com


Voici la première chronique qu'ils envoient depuis le Nanga Parbat. Cependant, depuis cette première chronique ils ont déjà passé du temps dans la montagne et dormi une nuit dans le camp de base 1, à 5100m, environ 1500m au-dessus du camp de base de Lattabo. David Göttler et Simone Moro ont installé le camp de base 1 le 6 janvier et après avoir dormi là haut, ils sont redescendus à nouveau au camp de base avancé.

« Une fois que nous sommes arrivés à Islamabad, nous avons ramassé nos affaires et sommes partis vers Chilas dès le lendemain. Conduire sur la Karakorum Highway est déjà une aventure en soi-même. Mais pour les alpinistes, les choses sont différentes : c'est comme ce qui se passe avec une ampoule et un interrupteur. Quand nous entrons dans l'obscurité d'une chambre et nous allumons la lumière, nos yeux regardent d'instinct vers le plafond. Toute cette énergie est condensée en un seul click. C'est ce qui se passe avec les alpinistes qui arrivent à Islamabad : notre regard se tourne vers Tarashing. Il s'agit de la lumière que nous recherchons. C'est là-bas que se trouve la véritable aventure.


Après 2 jours en jeep, avec des militaires armés veillant sur nous, nous sommes arrivées dans la vallée de Rupal. Les habitants de la zone nous ont accueilli chaleureusement. Nous sommes les premiers étrangers arrivés suite à l'attaque terroriste du Diamir l'année dernière. Nous représentons du travail pour eux, un investissement à long terme dans le tourisme de la région. Un pari qui doit être gagné.

Les autorités locales ont renforcé la sécurité à l'entrée de la vallée, l'unique point d'accès au camp de base et elle va être surveillée constamment par 10 militaires. Ceux-ci nous ont souhaité bonne chance pour l'escalade et se sont fait des photos avec nous.

Le lendemain, nous avons marché 6 heures avec les porteurs jusqu'au camp de base, il y avait de la neige, mais on pouvait marcher sans difficulté. Le chemin passe à côté du flanc Est du Rupal, qui est une paroi de la montagne la plus haute du monde. Cela n'a pas beaucoup de sens de penser qu'elle fait 4500 mètres de haut quand on est à la base, car cela s’apprécie mieux de loin. C'est une mesure que l'on emploie généralement pour une distance, pas pour la hauteur : si tu coures 9 Km, c'est une bonne distance. Après, tu rentres à la maison, tu prends une bonne douche et c'est fini.


Mais le Nanga est une histoire totalement différente. Je me suis senti ici comme jamais je m'étais senti aux pieds d'une montagne. La sensation, c'est que le Nanga n'est pas seulement une montagne et le Rupal pas seulement une paroi. C'est tout un monde à découvrir et explorer : une planète à part dans l'Himalaya. En regardant la paroi, on perçoit l’énergie qui en émane. Je sens une grande admiration pour Jerzy Kukuczka, Reinhold Messner, Steve House, Mark Twight, Tomaz Humar et tous ces géants de l'alpinisme qui ont nourri mes rêves et se sont aventurés dans cette immense et inexplorée muraille. Voici une comparaison qui pourrait exprimer mes sensations : c'est comme essayer de traverser un désert ou un océan, en escaladant le pic avec l'idée d'unir deux points à travers d'un rien traite.

Le 31 décembre au soir, nous avions déjà installé le camp de base. C'est un plaisir spécial être ici en hiver, avec une montagne- ou plutôt, un univers- pour nous tout seuls.

C'est un privilège, ¿Non?


Emilio Previtali

Vidéo courtoisie de The North Face :

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.

L'Avis des Clients
Inscrivez-vous à la Barrabes Newsletter
Recevez en avant-première les nouveautés de barrabes.fr
Suivez-nous
Tenez-vous avec des nouvelles sur Barrabes.fr des réseaux sociaux.
N'hésitez pas à nous contacter
contactez-nous
ou appelez le
01 70 61 58 50
(Horaire: du lundi au jeudi de 8h30 à 14h00 et de 15h00 à 18h00 et vendredi de 8h30 à 14h30)
France  |  España  |  Deutschland  |  United Kingdom  |  Sverige  |  International