Politique d'utilisation des Cookies
Nous utilisons des cookies propriétaires et tiers pour vous offrir un meilleur service et une navigation plus agréable. Si vous continuez à naviguer sur notre site, nous comprenons que vous acceptez notre Politique d'utilisation des Cookies
BLOG DE MONTAGNE | INFOS | 19 Octobre 2012

L'alpiniste Temba Sherpa disparaît pendant une tentative d'atteindre le sommet du Lhotse.

Nous annonçons la triste nouvelle de la disparition de l'alpiniste Temba Sherpa, intégrant de l'expédition polonaise de Artur Hajzer.
Depuis 1922, les sherpas sont les artisans de toutes les expéditions. Leur rôle primordial a été occulté de la plupart des grands récits, à la tonalité très colonialiste, des conquêtes himalayennes. En 1953, la presse britannique n'oublie pas Tensing, le premier asiatique a avoir atteint le toit du monde avec le Néo-Zélandais Edmund Hillary, mais le présente comme un simple porteur, à la fureur de l'Inde et du Népal. Aujourd'hui encore, l'amalgame perdure : on appelle à tort Sherpas tous les porteurs d'altitude. Sherpa signifie en fait «peuple de l'Est» et désigne une ethnie, paysanne et commerçante, originaire du Tibet, installée dès le XVe siècle au pied de l'Everest dans la région du Khumbu.

Ce «peuple de l'Est» a démontré une capacité étonnante d'adaptation à leur environnement de même qu'une ouverture au changement peu commune. Directeur de l'Himalayan Trust, fondé par Edmund Hillary pour supporter les projets des Sherpas dans le Khumbu, Ang Rita Sherpa se plaît à dire que «... l'isolement géographique des Sherpas ne les a jamais empêchés d'être réceptifs aux influences extérieures ». Trois grandes innovations ont eu un impact décisif sur le développement de la communauté sherpa explique-t-il : la culture de la pomme de terre importée par les Britanniques dans l'Himalaya ; l'introduction de l'iode qui a permis d'éradiquer le goître fort répandu dans le pays avant les années 1960 ; le mountaineering et le trekking qui ont donné naissance à l'écotourisme.

Les Sherpas sont depuis toujours éleveurs, agriculteurs et commerçants. L'avènement des grandes expéditions alpines sur les hauts sommets himalayens dans les années 1950 a modifié passablement leur mode de vie. À titre de porteurs puis d'alpinistes, ils se sont mérités une réputation enviable au sein des expéditions alpines sur l'Everest, grâce à leur endurance, leur détermination, leur force et leur loyauté. De nombreux Sherpas pratiquent désormais les métiers de la montagne. En effet, l'accroissement du tourisme d'aventure, au cours des dernières décennies, n'a pas épargné le Solu-Khumbu situé à proximité du mont Everest, le plus haut sommet du monde. Bien au contraire, il a entraîné une diversification de l'économie de la société sherpa et a provoqué les inévitables soubresauts qui accompagnent la transformation des modes de vie d'une collectivité.

En 1950, la Chine resserre ses griffes sur le Tibet, le Népal s'ouvre aux expéditions occidentales: l'âge d'or de l'himalayisme débute. En 1957, les Sherpas obtiennent du roi du Népal la priorité d'emploi pour toutes les ascensions. Jusqu'à la fin des années 60, chaque membre d'une expédition au Népal est doté de son Sherpa personnel, dont le travail consiste à rendre la vie du «sahib» aussi confortable que possible. Aujourd'hui, avec le développement du trekking au Népal et la multiplication des expéditions commerciales, nombre de Sherpas ont émigré à Katmandou pour ouvrir boutiques, lodges ou agences spécialisées. Leur ethnie est devenue la plus «nantie» d'un des pays les plus pauvres du monde. Sans Sherpas qui installent les cordes fixes et et équipent les camps d'altitude, 99 % des expéditions ne pourraient se faire.

Artur Hajzer avait annoncé une progression difficile de son équipe vers le C3, parcours qu'ils ont dû réaliser sous un vent très fort et en ouvrant de nouveau la voie dans une couche de neige fraîche. Une fois au camp 3, qu'ils avaient atteint tard dans l'après midi, ils ont été obligé de tailler dans la glace une nouvelle plateforme pour la tente et ont passé une nuit très agitée. Malgré cela, les 3 alpinistes polonais (Artur Hajzer, Agnieszka Bielecka et Artur Matek), les deux sherpas et le russe Alexei Bolotov ont réussi à atteindre le C4 vers 20h00 le 15 Octobre.

Lors de l'attaque du somment le jour suivant, Bielecka, Matek et Bolotov, ont décidé de redescendre après deux heures d’ascension à cause du froid intense pour éviter le risque de congélations. Cependant, Artur Hajzer et les deux sherpas ont continué d'escalader jusqu'à 13h30, quand ils parvinrent à 8.300 mètres d'altitude. C'est à ce moment là que les premiers symptômes de congélations sont apparus sur les mains de Temba Sherpa.

Ces congélations se révélèrent de troisième degrés et ils décidèrent donc de redescendre immédiatement au C4. Deux heures plus tard, les compagnons de Temba Sherpa se rendirent compte qu'il n'était plus avec eux. Après des heures de recherche, ils n'ont retrouvé que son piolet sa corde sur la neige.

Plus tard, un membre d'une expédition coréenne qui essayait d'atteindre le sommet de l'Everest par la voie normale, qui partage un bout de parcours de l'itinéraire du Lhotse, signalait avoir aperçu le corps de Temba Sherpa à 6.700 mètres d'altitude.


Temba Sherpa

Tags:

Derniers articles

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.

L'Avis des Clients
Inscrivez-vous à la Barrabes Newsletter
Recevez en avant-première les nouveautés de barrabes.fr
Suivez-nous
Tenez-vous avec des nouvelles sur Barrabes.fr des réseaux sociaux.
N'hésitez pas à nous contacter
contactez-nous
ou appelez le
01 70 61 58 50
(Horaire: du lundi au jeudi de 8h30 à 14h00 et de 15h00 à 18h00 et vendredi de 8h30 à 14h30)
France  |  España  |  Deutschland  |  United Kingdom  |  Sverige  |  International